Devant ton écran

Posts Tagged ‘Playstation 2

Retour sur le lieu du crime (Sly 2)

leave a comment »

Sly Cooper est assurément le raton-laveur cambrioleur le plus classe de tous les temps. C’est le roi du pas de loup, le toon le plus bondissant de la Playstation 2, le brigand le plus charmant du jeu de plateforme. Appréciée, la trilogie de Sucker Punch n’avait peut-être pas eue toute la reconnaissance qu’elle méritait à l’époque. Sa réédition en version HD (sortie le 1er décembre) est assurément un bel hommage, qui va permettre aux joueurs qui n’ont pas encore eu la chance de faire bondir le raton dans son monde multicolore, de découvrir une série au swing endiablé. Occasion de te refourguer une critique du second — et meilleur — épisode, Sly 2 : Association de voleurs, rédigée avant la sortie du troisième volet.  En espérant que le style ait aussi bien vieilli que le sujet.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

27 novembre 2010 at 14:26

De la cour (Suikoden V)

with 2 comments

suikoden

Depuis dix heures, lecteur, je me fais balader par Suikoden V. Je commence à peine à voler de mes propres ailes. Dix heures d’exposition, remplies de dialogues et de cinématiques, avec à peine quelques phases réellement interactives, et encore, strictement cadrées. Dix heures de plaisir pourtant : Suikoden V développe une histoire haletante, qui justifie pleinement que le joueur soit tenu en bride.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

19 juillet 2009 at 21:41

Publié dans Critique

Tagged with , , , ,

Persona 4, la banalité

with 3 comments

Persona4PS24

Après une vingtaine d’heures sur Persona 4 (et plus de trente sur son prédecesseur, avant de lâcher l’affaire, mais je t’invite tout de même à lire ma bafouille sur le sujet), ma pomme peut se faire un avis suffisamment motivé pour t’en faire profiter. Je vais commencer par un paradoxe, histoire de t’ébaudir un peu : pour le moment, les meilleurs heures de Persona 4 sont les trois premières, durant lesquelles tu te contentes de cliquer sur un bouton tandis que la trame se met en place. Pas mal de gens s’en sont plaints de cette ouverture en tunnel de dialogues, mais à vrai dire, j’étais aux anges : les présentations ils savent y faire chez Atlus. Un lycéen arrive dans une ville paumée du Japon campagnard. Il va vivre chez son oncle, un flic bien vite dépassé par les événements. En effet, très vite, une série de meurtres bizarroïdes choque la ville. Du coup le tonton a pas le temps pour les tâches domestiques, qu’il relègue à sa petite fille. Plus important, notre héros rencontre d’autres lycéens, et les ingénues lycéennes japonaises portent des mini-jupes. Ces premières heures tourbillonnantes t’emmènent dans le monde surréaliste d’Atlus, où tu croiseras des mascottes de télévision, des théâtreuses limite gothiques, des profs de philo alcooliques…

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

13 mai 2009 at 20:57

Publié dans Critique

Tagged with , , , ,

Devoirs à la maison (Persona 3)

with one comment

00775126-photo-persona-3

Le RPG et son mécanisme essentiel, le leveling, seraient sans doute impensables dans une société différente de la nôtre. L’image d’une accumulation de pouvoir résultant d’un travail régulier (explorer des donjons, tuer des monstres) est caractéristique de notre éthique, il se joue quelque chose comme une idéalisation du salariat, dans laquelle l’agent économique monterait naturelllement les échelons pourvu qu’il accomplisse sa besogne (son Beruf dirait Max Weber). Il y aurait beaucoup à dire, et d’autres se sont sans doute penchés (ou se pencheront) sur la question. On pourrait par exemple interroger le rapport entre l’évolution du salaryman japonais et les mécanismes du JRPG : il ne nous appartient évidemment pas de le faire. Pas plus que nous ne pouvons, faute de connaissances précises sur le sujet, évoquer la représentation du système scolaire japonais dans les jeux vidéo. Il nous paraît pourtant possible, ici et maintenant, après une quarantaine d’heures passées sur Persona 3, de faire quelques remarques sur la manière dont intéragissent les mécanismes propres au RPG et la représentation qui est faite du lycée dans le jeu d’Atlus, car toute spécificité du système japonais mis à part, ce rapprochement entre le RPG et la scolarité nous paraît éclairant y compris pour le système français.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

12 avril 2009 at 17:39

Publié dans Analyse

Tagged with , , , ,

Michigan : Report From Nimp’

with one comment

michigan3

Dans le roman de Mark Twain, Huckleberry Finn fait, alors qu’il descend le Mississipi, la connaissance de deux escrocs hauts en couleur, qui prétendent respectivement être Duc de Bridgewater et héritier légitime du trône de France. Les deux malfrats ont plus d’un tour dans leur sac : tantôt ils sont agents d’assurance, tantôt prêcheurs, tantôt représentants d’une société de sobriété, tantôt journalistes. Toujours ils profitent de la crédulité de leurs compatriotes. Mais les temps sont rudes, et le duc propose de s’en remettre à sa spécialité : la représentation théâtrale.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

18 février 2009 at 22:46

Publié dans Critique

Tagged with , , , , ,