Devant ton écran

Archive for the ‘A première vue’ Category

Les mains dans le cambouis (Rift, 2)

leave a comment »

La toute première quête de Rift offre au personnage une âme, c’est-à-dire un arbre de talents. Trois minutes plus tard, alors que le joueur sait à peine comment utiliser ses pouvoirs, il en obtient un second jeu. Au bout d’une heure à peine, il possède trois âmes. Un peu plus tard, c’est une vraie forêt de talents et de pouvoirs qui s’ouvre à lui : jusqu’à quatre combinaisons de trois arbres parmi huit disponibles par grande vocation, changeable à la volée pour peu qu’on ne soit pas en train de combattre. Pareille liberté donne évidemment le vertige, mais dans Rift le joueur a le droit à l’erreur, rien de plus facile que d’effacer une construction hasardeuse, de repartir à zéro ; on change de spécialité comme de chemise. Ce que le jeu offre à explorer est peut-être plus un système qu’un monde.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Martin Lefebvre

10 avril 2011 at 12:55

Publié dans A première vue

Tagged with , , , , , ,

Drug culture (Rift, 1)

with 4 comments

En 2004-2005, World of Warcraft crée la sensation et lance le summer of love du MMORPG : des millions de jeunes gens convergent vers des serveurs vite débordés, tels des hippies sur Haight-Ashbury. Les nouveaux convertis découvrent les communautés virtuelles, des groupes se forment spontanément, il règne durant quelques mois une solidarité qui pousse aux dons et à l’entraide.  En 2007, the Burning Crusade popularise les drogues dures : le raid, le farming de réputation deviennent accessibles au plus grand nombre ; les joueurs goûtent les joies du psychédélisme des nombres et de la défonce du loot dans des décors violets, plantés de champignons géants et de failles cosmo-temporelles. En 2011, avec Rift, la culture populaire MMO en est au moins à sa période glam.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Martin Lefebvre

6 avril 2011 at 10:01

Fantasia chez les ploucs (The Precursors)

with 5 comments

Cadet de l’espace, on pense prestige,  voyages interplanétaires,  plan retraite sur une Lune paradisiaque… A peine entré à l’académie, je me voyais Shepard ou Master Chief, j’étais un jeddaaye. Mais il faut bien le dire, une fois le tutoriel aussi violet que virtuel passé, on a beau sortir en tête de sa promo, on en bave. Je débarque sur Goldin, tu parles du rêve : astroport de troisième classe, un désert venteux, des locaux qui parlent moitié russe moitié anglais, la Tatooine du pauvre. Et je te raconte pas les supérieurs. « Ah ah j’ai bien connu ton père que me fait le commandant, maintenant va me chercher un paquet d’épices sur la lune d’à côté, et ne traîne pas en route les chiens sauvages ont du mordant là-bas ».

Lire le reste de cette entrée »

Written by Martin Lefebvre

2 avril 2011 at 22:05

Gentil bâtard (Divinity II Ego Draconis)

leave a comment »

Quand j’arrive au petit pont sur la rivière, je suis pas beau à voir. Le mage gobelin m’a crêpé les cheveux façon barbecue avant que j’éteigne sa tribu, les hordes de squelettes sauvages m’ont mordu, griffé et un petit peu éviscéré, je pue de la gueule à force de m’être versé de longues rasades de vin, de potions au goût douteux, et de bière trappiste afin de regagner quelques gouttes d’énergie magique, et d’ailleurs les munitions manquent. Petit Poucet de la castagne, on me suit à la trace grâce aux cadavres pas tous biodégradables que je sème dans les bois. Bref, pas de l’excursion de petit joueur, tu repasseras pour les sensations bucoliques. Et là, cinématique, arrive un agent immobilier qui me propose d’acheter une maison pas cher dans le village du coin. Ca doit être la crise épique des subprimes dans la contrée. Mec, à cinquante mètres y’a une TOUR EN RUINES OU VIT UN MAGE DRAGON ZOMBIE, et le TEMPLE DU MAL MALEFIQUE DE LA NUIT ET SES HORDES DE ZELOTES est à quoi ? deux cent mètres à droite ? Quesse tu fais là ? Tu veux me vendre une maison ? Et puis quoi encore, une cheminée en pierre de taille et un monte-personne ? C’est que j’ai un univers à sauver moi.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Martin Lefebvre

10 mars 2011 at 18:46

Manifeste du surréalisme (Deadly Premonition)

with 12 comments

Tu sais, Zach, je pense que c’est important d’exprimer son amour. Son amour des gens dont on est proches, des lieux qui nous ont touchés, des animaux qu’on a rencontrés, les lapins et les chiens notamment,  et même des jeux, pourquoi pas, Zach ? Parce que l’amour, c’est encore la meilleure façon de se créer une communauté d’esprit, une sorte de famille. Je sais que tu aimes beaucoup David Lynch, le grand réalisateur surréaliste américain, et aussi les jeux de Suda 51, tout de même, c’est quelque chose… Tu te souviens de Michigan qui date de 2004, sur Playstation 2 ? En fait le directeur n’est pas Suda mais Akira Ueda, enfin ce n’est pas important… Ce qui est important c’est qu’il est fauché, mais ambitieux, et plein d’amour à sa manière, non Zach ? Deadly Premonition, c’est encore autre chose, c’est ton cousin en quelque sorte, il a quelques tics, il s’exprime de manière un peu étrange, il a une drôle de démarche, c’est vrai, mais il est de la famille. Tu devrais l’acheter, si tu penses que c’est ce qu’il te faut on passera à l’épicerie après, mais allons rouler un peu dans les bois.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Martin Lefebvre

8 novembre 2010 at 21:29

Divine enfance (Minecraft)

with 18 comments

Un nouveau jeu est arrivé dans la ville. La rumeur enfle depuis quelques mois, les images, les récits, les vidéos se multiplient, comme se développe une colonie de bactéries. En Suède, des serveurs explosent sous la curiosité mondiale, et un homme surnommé Notch devient millionnaire. Dans une ville où règnent Halo : Reach et bientôt Gran Turismo 5, il se produit un phénomène nouveau, qui de proche en proche gagne à la fièvre. Ce phénomène a un nom, ce nom c’est Minecraft, 340000 licences vendues à ce jour.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Martin Lefebvre

6 octobre 2010 at 11:10

Peine dragon (King Arthur — The Roleplaying Wargame)

leave a comment »

Tu ignores sans doute qui est Greg Stafford. Pourtant, il est, pour la culture geek, une sorte de grand manitou, inventeur de Glorantha, monde d’une fantaisie théologique inégalée, fondateur de Chaosium, mythique boîte de jeux de rôles,  Runequest et L’Appel de Cthulhu tout de même… Oui, je sais Greg Stafford n’est pas impliqué dans ce King Arthur du studio hongrois NeoCore, et c’est bien dommage. Impressions après sept heures de jeu, et beaucoup de reloads

Lire le reste de cette entrée »

Written by Martin Lefebvre

16 juin 2010 at 11:26