Devant ton écran

Presse-purée

with 21 comments

Un récent billet sur Numericity relevait la totale absence des grands sites d’actualité vidéoludique français (Gamekult, Jeuxvidéo.com, Gameblog…) sur le phénomène Minecraft, 610.000 comptes vendus à ce jour, succès époustouflant pour le travail d’un seul créateur, le Suédois Markus Persson aka Notch. Plus près de nous, la récente sortie du totalement décalé Deadly Premonition a été accueillie par un silence encore plus glacial : aucun test à ce jour, pas même une descente en flammes chez les poids lourds de la presse web vidéoludique. Il faut bien admettre que l’œuvre d’Access Games est sans doute réservée à une mince audience, et que l’actualité est chargée en cette fin d’année, mais quoi, Gamekult teste bien le merveilleux Fighters Uncaged (2/10), et Gameblog  le splendide Le Seigneur des Anneaux : La Quête d’Aragorn (une étoile sur cinq)… Sans viser au tableau d’ensemble, il est permis de s’étonner de cet état de fait.

Le fait que ces perles soient éditées respectivement par Ubisoft et Warner n’est évidemment pour rien dans l’affaire. Quant à Minecraft et Deadly Premonition, ils ont reçu dans la presse anglophone un bien meilleur accueil. Si le premier a d’abord bénéficié d’un irrésistible bouche à oreille sur les forums, puis du déferlement viral de vidéos de joueurs tout heureux de montrer leurs réalisations, le relai a été assuré avec des papiers de belle qualité, de Rock Paper Shotgun à Wired, en passant par le Los Angeles TimesDeadly Premonition a quant à lui été lancé par un article de Jim Sterling sur Destructoid le gratifiant d’un 10/10 à moitié sérieux, mais Francis York Morgan, le héros le plus à l’ouest de tous les temps a aussi fait la couverture du prestigieux Game Developer Magazine, et Swery, le créateur a été interviewé jusque dans le Telegraph.

T’imagines ça en couv’ de JVM, toi ?

On pourrait se contenter d’admettre que le jeu vidéo et son espace critique le plus pointu sont aujourd’hui irrémédiablement anglophones : le simple poids de la langue, que parlent la majorité des acteurs et des joueurs autorisant le développement d’une critique diversifiée, qui ne s’arrête pas au simple test produit, mais cherchent à discuter les avancées du medium, en témoignent des sites comme Gamasutra ou TIGsource… Après tout, à quoi bon se battre pour une critique française exigeante quand bon nombre des jeux indépendants les plus passionnants ne sont pas traduits ?

Pour autant, on peine à retenir une certaine impatience à l’égard de ces lourds sites d’actualité. D’abord parce que c’est toujours la même chose, à chaque fois la presse web est à la traîne derrière l’actualité : combien de temps avant que Gamekult daigne tester les jeux XBLA ou PSN, qui ont dès le début de cette génération constitué une des brèches majeures par où s’engouffre l’innovation sur les consoles de salon ?…  Même chose avec les jeux sur iOS, inexistants jusqu’il y a peu, et généralement confinés aux tests-éclair. Il n’y a guère que sur le PC, historiquement plus ouvert, où les titres indépendants ont plus de chance d’être commentés, et on peut par exemple lire un test approfondi et enthousiaste d’Amnesia : The Dark Descent sur Gamekult.

Chez Gameblog ils sont sympas, comme au Club Do.

Ce n’est pas qu’il n’y ait pas de journalistes de valeur, mais la ligne éditoriale des leaders du marché manque singulièrement d’adaptabilité. Comme si ces entreprises toutes jeunes avaient le dynamisme d’une agence d’état soviétique, peuplée de mémés accrochées à leurs momies et leurs lubies, parfois plus soucieuses d’assurer la marque – Gameblog les anciens de Joypad qui sont sympas et qui passent à la télé, Gamekult l’objectivité pisse-froide, JV.com premier sur l’anacoluthe – que de se renouveler et de suivre l’actualité, sans doute trop insoumise, d’un medium en perpétuelle mutation.

N’allez pas croire qu’on manque pour autant d’enthousiasme dans la branche, loin de là ! On nous parle de jeux vidéo novateurs, d’expériences inoubliables, de révolutions… Seulement ces transports ont la fâcheuse tendance de coller aux audaces approuvées par les grands éditeurs. Gamekult, sous la plume de Puyo, fond comme tout le monde sous le charme bling- bling de GTA IV. Rahan claironne sur Gameblog les louanges d’Uncharted 2, si vous savez le petit jeu culte de Noël 2009, sur la Playstation 3 qui « vient de baisser de prix, achetez-la !». Pour changer un peu de domaine, évoquons aussi l’engagement sans aucun doute sincère mais néanmoins consensuel de Joypad qui se fait le héraut d’Heavy Rain, un jeu français monsieur, à peine soutenu par le discret service de presse de Sony, et nous sert des entretiens avec le trop méconnu David Cage.

On nous répondra que c’est ce que les lecteurs attendent. Des  nouvelles d’Assassin’s Creed 2.5 et du dernier Halo, et le p’tit Gears ça lui fait combien cette année ? Trois épisodes déjà ? Ca passe tellement vite à cet âge…  Mon FF il va sur ses quatorze lui, pensez… Sans doute. Mais est-il exagéré d’attendre de journalistes qu’ils fassent un semblant d’effort pour aller chercher l’information un peu plus loin que dans le dossier de presse de Microsoft, et surtout qu’ils contribuent à former un public un peu plus éclairé, capable d’apprécier des titres pointus ? Peut-être encore.

Joypad, découvreur de talents.

Au fond, ce qui chiffonne le plus dans la situation présente, qui est un cas particulier mais somme toute exemplaire de la presse consommation en général, c’est qu’on se demande au service de qui sont réellement les publications. Parce que cette passivité des journalistes, aussi capables soient-ils par ailleurs, sert largement les intérêts des grands éditeurs. Il arrive certes, notamment chez Gamekult, qu’on se fâche, comme par exemple avec Sony autour de la critique d’Heavy Rain… Mais difficile de voir là plus qu’un trompe-l’œil : ce n’est pas pour autant que pointe une critique qui dépasserait l’analyse de produits de consommation courante. Il ne faut pas non plus attendre des généralistes beaucoup plus d’ouverture : sujet encore un peu honteux, le jeu vidéo n’occupe pas suffisamment de place pour que son traitement dépasse le rapide balayage des titres majeurs quand elle ne sombre pas dans le pur impressionnisme.

De présentations en voyages de presse, d’exclusivités en blogs VIP ce sont donc les grands éditeurs, par le biais de leurs service presse, qui dictent le tempo de l’actualité. Rien de mal à cela, le petit milieu du jeu vidéo français copine allégrement sur les réseaux sociaux et dans les soirées, et le passage du service presse à la presse elle-même, ou vice-versa, se fait sans grandes difficultés… Qui irait réellement remettre en question le confortable entre-soi, surtout quand on sait que se bousculent au portillon des centaines de plus ou moins jeunes qui brûlent de percer dans la profession pour rencontrer Julien Chièze en vrai et looter un sac à dos Little Big Planet, alimentant une pléthore de sites intermédiaires qui rêvent de se tailler une part du gâteau, quitte à se montrer diplomates ?

Deadly Premonition ? Minecraft ? Ou est le dossier de presse ? C’est quand la soirée de lancement ? En tout cas, elle est mignonne la RP de chez Ubik… Elle m’a refilé le dernier Petzouille pour le Kinectoïdemove, tu me fais 1000 caractères pour la semaine prochaine, ok ? Il paraît qu’il y a un mini jeu de presse-purée du tonnerre.

NB : aucun journaliste vidéoludique n’a été passé à la moulinette durant l’écriture de cet article, malgré la visée polémique de celui-ci.

Written by Martin Lefebvre

16 novembre 2010 à 23:40

21 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Le problème est simple : pression marketing et course à l’audience. Les journalistes web sont en crise, la course à la page vue et le sous effectif font rage (en tout cas, dans ma crèmerie). La presse papier est dix fois en crise elle aussi et les pages d’articles sont comptées (et une page d’édito en plus c’est une page de pub en moins). Les journalistes sont passionnés, plus qu’on ne l’imagine, les relations presses ne sont pas ce que l’on croit (pas vraiment « ouah la bonnasse de chez *bip* elle est bien bonne », c’est plutôt « ouah la connasse de chez *bip* elle m’a harcelé au téléphone toute la journée pour que je fasse une news sur son DLC pourri sinon elle va dire à son chef de produit de pas prendre de pub chez nous vu qu’on les déteste »).

    Deadly Premonition sera certainement évoqué une fois le rush passé. Enfin, peut être. Il faut dire qu’outre son passage inaperçu dans les médias, il faut souligner l’absence totale de com à son sujet (et pour le coup, sans com, difficile d’avoir quelque chose à dire avant sa sortie) et sa quasi absence dans les rayons français (il n’est disponible que chez les revendeurs en ligne et peut être chez Game, il me semble). Je crois que c’est Namco Bandai Partners (distribution uniquement) qui s’en occupe pour Rising Star qui ne communique pas très bien chez nous.
    Et peut être que l’éditeur a délibérément choisi de ne pas faire trop de publicité autour du jeu en misant sur son bas prix et sa jaquette accrocheuse façon film d’horreur afin de vendre son jeu via des achats compulsifs auprès de consommateurs mal renseignés (sachant que le public « geek » bien informé n’a pas besoin de tests dans la presse française). Enfin, on a pas reçu le jeu à notre rédaction. Et on a même pas les moyens de se le payer.

    Pour les jeux XLA/PSN, le manque de temps est la principale cause. L’abondance des sorties, aussi, et enfin, l’obscurité du marché (rétention des chiffres par les fabricants) n’aide pas à vouloir s’y intéresser. Il y a peut être un créneau à prendre avec de nouveaux sites qui seraient dédiés à ces jeux téléchargeables : j’aimerais bien voir comment un site pourrait en vivre (difficile de se faire acheter un habillage publicitaire pour un jeu téléchargeable…).

    C’est un peu décousu mais j’apporte peut être quelques éléments de débat😉.

    Haru

    17 novembre 2010 at 00:59

  2. Il y a un vrai immobilisme et un certain conservatisme dans la manière de faire, lequel voit inévitablement des jeux hors du réseau traditionnel annonce/promo/avant première ne pas figurer. On avait déjà parlé de Minecraft effectivement, qui illustre très bien ce problème.

    Je ne sais pas à quoi ça tient. On peut faire plein d’hypothèses : la prise de risque minimum vis à vis de l’audience, l’importance d’avoir de bons rapports avec les éditeurs, le trop plein de jeux. C’est aussi une question de sensibilité, une rédaction pas très portée vers telle ou telle catégorie de jeux les ignorera consciencieusement, en continuant de se déclarer le plus professionnel possible. Je pense qu’il y a un vrai manque de recul, même si ça dérange plus surement les deux-trois péquins d’un forum méconnu (à lire au second degré) que la masse informe des lecteurs qui se complaisent dans cette douce naïveté.

    Memento

    17 novembre 2010 at 01:26

    • Hahaha, ok, largement owned par Haru. La modération des commentaires n’aide pas:/

      Memento

      17 novembre 2010 at 11:09

      • C’est seulement la première fois que tu commentes que je dois modérer… Une fois validé, tu peux commenter en temps réel.

        Faut avouer que le système de comments de WP est un peu lourd, mais au moins y’a pas de spam…

        Martin Lefebvre

        17 novembre 2010 at 12:07

  3. @ Haru : j’entends bien tes remarques, et il est évident que je caricature — un peu — les relations journalistes-RP.

    C’est vrai que des fois, les éditeurs ne font pas leur travail de promotion, et du coup les journalistes ne peuvent pas deviner que leur jeu est intéressant, surtout avec tout ce qui sort. Je comprends aussi que les sorties XBLA / PSN c’est un peu le bazar…

    Après, dans les deux cas que je cite, si tu t’intéresses un peu à l’actu, t’as pas un gros boulot de découvreur à faire…

    Minecraft a commencé à faire une hype gigantesque depuis juillet-août… Mais Gamekult par exemple n’en a pas encore vraiment « parce que le jeu est en alpha », ce qui ne l’empêche pas d’être hyper populaire, y compris sur leur propre forum… Je veux dire osef qu’il soit en alpha, il est largement plus intéressant que pas mal de jeux terminés…

    Deadly Premonition je connais plusieurs personnes qui le suivaient depuis tout le bruit qu’il a fait à sa sortie US. Du coup quand il arrive chez nous six mois plus tard on peut tout de même savoir que c’est un titre intéressant, qui peut nourrir un débat…

    A la rigueur je blâme pas les sites moyens qui vivotent et qu’ont pas les moyens… Mais les gros ils pourraient faire un effort… Essayer de joindre un RP au lieu d’attendre passivement, ou claquer 40 euros pour se payer Minecraft + DP.🙂

    Martin Lefebvre

    17 novembre 2010 at 08:12

  4. Et bien je suis heureux dire que je me suis battu avec succès pour tester Deadly Premonition dans mon prochain numéro à sortir (papier, presse spé, « officielle »). Malheureusement, celui de fin décembre. Il faut dire aussi que sa distribution en France est confidentielle, j’ai eu les pires difficultés à joindre Rising Star pour obtenir une version, au final je me le suis payé sur Amazon. Et je ne regrette pas du tout, c’est effectivement une perle (mais cachée au fond d’une poubelle). A propos, ton article sur le jeu était vraiment excellent, et plus j’avance dans le jeu, plus j’apprécie les nombreuses références de ton texte.

    Julien

    17 novembre 2010 at 10:47

  5. Si je me suis focalisé sur la presse web c’est parce que la presse papier a d’autres contraintes que je reconnais tout à fait… Je suis assez sceptique concernant la presse papier d’actu face à la concurrence du web, mais bon je ne la lis guère, donc j’aurais du mal à en parler longtemps…

    Enfin c’est une bonne nouvelle que DP soit critiqué dans ton mag’, en espérant qu’il y aura encore des versions PAL sur le marché.🙂

    Mon papier sur DP je l’ai sorti vite, avant d’avoir fini le jeu (c’est fait à présent) parce que justement il n’y avait pas d’actu sur le jeu… je sais pas si je l’aurais écrit exactement pareil — enfin je n’ai pas changé d’avis sur les qualités de DP, loin de là — et je reviendrai peut-être sur le jeu… Mais limite faudrait attendre que plus de monde y ait joué pour pouvoir causer spoilers.

    Martin Lefebvre

    17 novembre 2010 at 11:04

  6. Vaste débat que tu exposes ici au grand jour…
    Bon en même temps je me dis que tant mieux que de gros sites ne parlent quasiment jamais des titres les plus pointus, ça laisse comme ça de la matière pour les autres. Et ainsi ces « autres » sites se forgent une vrai personnalités.

    Après il est vrai que les jeux ne bénéficient pas de la même communication que sur les gros sites…

    Je pense sérieusement me prendre DP d’ailleurs😉

    Nicolas

    17 novembre 2010 at 13:34

  7. Tiens tiens joli ça : http://i52.tinypic.com/119zcl3.jpg

    Teknikart + Acti + coke à Ibiza : les salariés de chez Bizarre seront ravis d’apprendre qu’il reste un peu de fric à Acti.🙂

    Martin Lefebvre

    17 novembre 2010 at 18:06

  8. Ah oui cet article c’est quelque chose. Ou comment donner une image superbe de la profession.
    Pour revenir à DP, j’en ai pas mal parlé à mes collègues, et personne ne connaissait. Malheureusement, personne ne va non plus faire l’effort de le tester. Depuis deux jours que je le ramène au bureau, tout le monde bloque sur « oh la la qu’est ce que c’est moche »…
    Enfin je m’en fous, ce soir je vais boire un coup avec Georges.

    Julien

    17 novembre 2010 at 19:44

  9. J’aime beaucoup ton papier. C’est un peu le bordel dans mon esprit sur ce point-ci, j’espère être clair et pas trop hors-sujet.

    Je pense que le problème ne se situe pas seulement sur ce que les lecteurs attendent. L’histoire de notre presse de jv a énormément conditionné la vision de l’actualité, les acteurs aussi. Par exemple, la course a la puissance, qui a poussé à s’intéresser beaucoup aux graphismes pendant une période, à favorisé les joueurs à s’intéresser aux news sur des images. Phénomène d’autant plus accentuer que le modèle internet est un modèle de clic.

    Est-ce que cela intéresserait vraiment un public un questionnaire de Proust à un acteur de jv ? Je ne sais pas (J’en doute, même si l’intérêt reste amusante et décalée). Qui plus est que sur le web, nous sommes libres de chercher l’information. Au fond, je ne crois pas trop que les joueurs dans leur ensemble cherchent autre chose que des informations sur les derniers gros titres qui sortent. Le classement des sites de jv les plus regardés en témoigne. Ils font tous la « même chose » avec leur « patte ».
    Je suis prêt à parier que les rares sites qui en ont pu parler de tes deux titres sont financièrement pas rentables.

    Aussi, un point sur lequel je suis tellement d’accord est le journaliste doit ouvrir l’esprit de ses lecteurs, leur apprendre de nouvelles choses, faire des liens auxquels personne n’avaient pensé (d’où mon amour pour SoFoot)… Ce qui serait le plus-value du mag ou du site. C’est sûrement trop en demander à des journalistes de jv de faire du journalisme – Leur métier ressemble plus à de la rédaction. Qui plus est quand leurs pubs concernent à 90% (ok, chiffre pris au hasard) le jeu-vidéo donc ce qui les fait vivre. Ce qui atteint aussi les petits jeunes. Quand tu regardes les 10 leader du marchés, soit tu as seulement le couplé « news, preview, test » comme rubrique, soit tu as une partie article où tu as le droit au sempiternel « dossier E3 », les jeux les plus attendus », « interwiew de ».

    Fate

    18 novembre 2010 at 19:32

    • « Je suis prêt à parier que les rares sites qui en ont pu parler de tes deux titres sont financièrement pas rentables. »

      En France je sais pas, y’en a pas vraiment…

      Après si 1UP, IGN, Eurogamer, RPS, Gamasutra, etc. sont pas rentables… Je me demande quels sites le sont, ce sont les fleurons de la presse web anglophone…

      Martin Lefebvre

      18 novembre 2010 at 19:54

  10. J’excluais les sites anglophones. On est tellement loin d’elle dans tous les domaines.. C’est assez hallucinant. A croire qu’on est incapable de produire des papiers originaux, de poser les bonnes questions, etc – un milieu avec trop de passionné ?

    Le jour où les cinq premiers gros sites changeront de politique, on pourra espérer de belle chose. Pour l’instant, arrêtons de rêver.😥

    Fate

    18 novembre 2010 at 20:14

    • Les sites anglophones ont de fait un auditoire plus large (plus de locuteurs, c’est normal) ce qui peut leur permettre de tenter un édito différent… Disons qu’un Kotaku marche en anglais alors qu’il ne serait pas rentable pour un sou en français.

      Le vrai problème qui bloque l’édito est toujours malheureusement qu’il faut faire tourner sa boutique et faire de la page vue. C’est con mais c’est toujours le problème : où on fait des trucs un peu grossiers qui ratissent large et on a la tête hors de l’eau (du genre, « bonjour, je suis un petit site basé à Aurillac qui newse tout ce qui passe, surtout tout ce qui concerne GT5 avec des titres putassiers »), ou on essaie de faire de l’original, de la découverte, or, on en vit pas. C’est aussi simple que ça. Alors des fois, le site mainstream peut se pencher sur les jeux un peu obscurs, faire de la découverte à dose homéopathique… Maintenant ça ne rapporte pas. C’est un peu comme le cinéma hein : ou on fait des blockbusters qui rapportent, ou on fait des films d’auteurs en sachant pertinemment qu’ils ne rentrera pas dans ses frais et qu’il faut le subventionner à fond.

      Une comparaison plus parlante : on a JK Rowling qui caresse son lecteur dans le sens du poil, et se fait de la thune, de l’autre on a le mec qui écrit un bouquin comme il lui fait plaisir, et tant pis s’il touche 200€ dessus en vendant 800 exemplaires. Et c’est là la clé finalement : il faut peut être aussi admettre que les sites mainstream (francophones) ne peuvent faire… que du mainstream, car faire dans la niche se fera pour eux à perte, or, je ne vois pas une entreprise faire (à part exceptionellement) volontairement des pertes.

      Et admettre de l’autre coté, que pour les petites perles, que pour rendre mainstream certains jeux qui ne le sont pas, il faut compter sur les passionnés volontaires… les blogueurs quoi. Qui, par leur influence, peuvent donner de la popularité à un jeu qui le mérite. C’est une vision certes très pragmatique, pas super super cool, mais disons que ça ne me choque pas plus que ça. Et ça me semble assez sain finalement : on est bien content d’avoir des sites généralistes, qui permettent de faire un tour complet de l’info, et dans le même temps, d’avoir d’autres endroits pour explorer plus en profondeur des recoins méconnus. Personnellement, je préfère ça à un JVCOM Corp qui emploierait 200 journalistes, avec une rédaction par niche de genre =D. C’est bien qu’il reste une place pour les passionnés. Et j’insiste, je ne continue à parler que du web francophone, le potentiel de lecteur en anglais étant suffisamment important pour supporter à peu près n’importe quel projet.

      Haru

      19 novembre 2010 at 20:20

      • Haru, sans rentrer dans l’opposition. La cohabitation ne pourrait pas être viable ?

        L’exemple est peut être mauvais, mais le magazine So Foot ressemble à ce que j’aimerais voir dans la presse jeu-vidéo. Un mélange d’éléments qui plairont au plus grand nombre, avec des articles qu’il est impossible de voir ailleurs. Alors, même si on ne les lit pas forcément, quand cela arrive, c’est le moment où on voit la plus-value du magazine. Est-ce vraiment pas possible de lier plus ou moins les deux ? C’est soit l’un, soit l’autre. Je trouve ça assez dommage. Un modèle intermédiaire ne ferait pas de mal peut-être…

        Fate

        20 novembre 2010 at 20:05

  11. Oh je rêve pas, j’chuis trop occupé à écrire à la place🙂

    Martin Lefebvre

    18 novembre 2010 at 20:23

  12. @ Haru
    « Une comparaison plus parlante : on a JK Rowling qui caresse son lecteur dans le sens du poil, et se fait de la thune, de l’autre on a le mec qui écrit un bouquin comme il lui fait plaisir, et tant pis s’il touche 200€ dessus en vendant 800 exemplaires. Et c’est là la clé finalement : il faut peut être aussi admettre que les sites mainstream (francophones) ne peuvent faire… que du mainstream, car faire dans la niche se fera pour eux à perte, or, je ne vois pas une entreprise faire (à part exceptionellement) volontairement des pertes.  »

    Note que c’est aussi pour ça que je veux pas devenir journaliste culturel pro.

    Après je sais pas… Un souci déjà c’est que GK par exemple a souvent la prétention — vous m’arrêtez si je me plante — d’être exhaustif sur le jeu vidéo, et d’avoir un certain niveau d’exigence. Ce qui est d’ailleurs parfois le cas.

    DP c’est un peu particulier, mais Minecraft c’est MAINSTREAM. Ca parle aux gosses, ça a vendu plus (610 k) que pas mal de jeux chroniqués sur les gros sites… rien que sur le forum GK le fil fait… 50 pages…

    Pour reprendre ta comparaison en la caricaturant un peu, les sites en question tu leur foutrais JK Rowling devant les yeux en 1998 ils seraient encore en train de causer de Tolkien…

    Les généralistes sont pareillement très très conventionnels dans l’ensemble.

    Après, je fais pas profession de procureur contre la presse, généralement je me contente de lire les anglo-saxons et quelques francophones intéressants, je mate les forums, et j’écris quand j’ai le temps…

    Martin Lefebvre

    19 novembre 2010 at 21:06

  13. Eidolon

    24 novembre 2010 at 19:11

  14. Comme quoi indirectement ça peut aider de chatouiller les sites… Même si vu le timing le test était sans doute prévu plus tôt…

    Et le papier est plutôt bon d’ailleurs.

    Martin Lefebvre

    24 novembre 2010 at 20:13

    • Pour clore enfin la polémique, ou en tout cas, avoir toute ma conscience professionnelle pour moi, sache que maintenant que le rush des sorties de fin d’année est passé, on a pu sortir un test de DP sur le site qui m’emploie. J’en suis l’auteur, ça n’est pas mon meilleur test, je n’ai pas eu le temps d’évoquer les mystérieuses conditions de mise au monde du jeu (ça n’était pas vraiment l’endroit… dommage car quand j’entends Swery jurer que Rainy Woods n’a rien à voir avec Deadly Premonition, alors que toutes les scènes du trailer de RW sont dans DP au plan près, avec les personnages de changés néanmoins…), ni pu me mettre à genoux comme je l’aurais aimé (j’avais suggéré un 19/20 histoire de faire du buzz mais nous nous sommes arrêtés à 17/20 :D)… En tout cas ça sera à la une toute la semaine, nous ne sommes pas de si mauvais bougres, vu le mutisme de l’éditeur comme du distributeur😡.

      http://www.jeuxvideopc.com/test/32645-rainy-woods.php

      Haru

      14 décembre 2010 at 21:56

  15. En tout cas Rahan n’est pas rancunier. 2 fois qu’il cite ton nouveau site dans sa revue de presse🙂

    http://www.gameblog.fr/news/26639-revue-de-presse-star-wars-the-old-republic

    Et cette année, peut-on tenir le même diagnostique ? Je crois que oui… chez Gameblog ils sont toujours sympa🙂

    Steph

    26 décembre 2011 at 16:54


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :