Devant ton écran

En bleu, 2 : les qualifications, crescendo (Féroé, Roumanie, Serbie)

leave a comment »

Cramponne-toi, on est partis, et la solution est simple : pour être sûrs, on a 5 matchs à gagner, et à nous l’Afrique du Sud. Je t’ai expliqué comment je comptais m’y prendre, on va vite savoir ce que donnent en pratique mes belles idées. Enfin, presque, parce que je commence mon job de sélectionneur par un match contre les Féroé, nation toute théorique à l’échelle du football mondial. Au pire si je perds, je n’aurais pas eu le temps de me faire trop d’illusions…

12 / 08 /09 Féroé 0 – France 3

Difficile de tirer des leçons d’un pareil match. Mais bonne opportunité de faire des essais. Pour autant, j’évite une formation spécifique en empilant les attaquants, je cherche à créer un groupe, et de toutes façons j’ai besoin de voir si mes milieu défensifs ont suffisamment de ballon en phase offensive.

Anti-orgasmique

Saint Jérémy, patron des crocs-en-jambe et des taquets

Un peu par défaut j’ai choisi Toulalan pour capitaine. Discret mais déterminé, le lyonnais a le potentiel de pas trop me faire chier, et il a l’étoffe d’un homme de base.

L’équipe est en 4-5-1, avec Anelka en pointe. L’idée est de voir si le Nico est motivé par une rencontre totalement anti-glamour. Autant dire que je le remplace à la 51 ème par un Gameiro dont c’est la première sélection. Le lorientais marque un but tout en vivacité, mais son jeu a pas mal de déchet.

A la décharge d’Anelka, le match est rapidement plié, puisque Ribéry à la quatrième puis Malouda à la septième ont tué le suspense : suivent deux longues mi-temps anti-orgasmiques. L’ailier de Chelsea fait un excellent match, mais c’est Yoann Cabaye, le choix du patron, qui est nommé homme du match, avec deux passes décisives, touchant 79 ballons.

Pour le reste, Benzema fait une entrée dynamique sur l’aile gauche, sans pour autant se montrer fort dangereux, Reveillère supplée très correctement à droite un Sagna blessé, et Rami fait des débuts convaincants en sélection, se montrant intraitable dans les airs, et ratissant de nombreux ballons. Le garçon vient d’être transféré au Bayern, on tient une star.

Seule ombre au tableau, Gourcuff se blesse assez sévèrement alors qu’il remplace Ribéry.

Ce qui s’est passé en vrai : Féroé 0 – France 1 : but de Gignac à la 42 ème, Anelka transparent…

05/09/09 France 3 – Roumanie 1


Cette fois-ci, c’est une autre paire de manches, avec l’enchaînement capital contre la Roumanie et la Serbie, il s’agit de ne pas se tromper.

L’équipe est la même que contre les Féroé, sauf en pointe. Anelka, malgré un début de saison convaincant en club, je n’y crois pas, Benzema n’a pas joué un match au Real. Gignac est blessé, je ne fais pas confiance à Gomis… Quand on a peur, on se jette dans les bras du père, je mets Henry en pointe, je suis faible, hanté par les discours sur l’expérience des grands matchs, comme s’il y avait Larqué qui parlait dans mon cerveau.

ectoplasmacadavérique

Ca commence plutôt mal, but du milieu défensif Tiberiu Ghioane à la 21 ème, sur un cafouillage de la défense (les centraux pas au marquage de Mutu et surtout Evra qui couvrait tout le monde), et il faut avouer une assez belle passe de Mutu. Assez vite Rami et Toulalan se prennent un jaune, ce qui ne facilite pas la défense…

Si dans le jeu les équipes se valent, on arrive à la mi-temps avec un avantage pas forcément immérité pour les Roumains.

Henry a une poussière dans l’oeil

Henry est ectoplasmacadavérique, mais la France s’est procurée des occasions notamment avec le très offensif côté gauche Evra-Malouda, et sur coup-franc.

A la pause, je pousse ma première gueulante de sélectionneur, en demandant à Henry de montrer qu’il en a encore dans le ventre… De mon côté, j’ai les foies. Mais avec ma colère-face, ça ne se voit pas trop : en 2 ème mi-temps le jeu de l’EDF est bien plus fluide.

Quelques belles occasions dont une transversale de Lassana Diarra sur un beau service d’Henry (sa seule action du match, sa momie n’a pas été éveillée par mes hurlements). Faute de Ghioane (encore lui) sur Evra, coup-franc tiré par Ribéry, et but rageur de Rami suite à une déviation de Gallas : la défense centrale bleue s’impose dans les airs. 1-1.

Ribéry, beau comme de l’Antique

Ribéry, ailier raffiné, marche sur la Roumanie

Sur un joli contre mené par Malouda, Henry vendange, mais L. Diarra récupère le ballon et offre une balle de but — trois défenseurs éliminés d’une passe — à Ribéry, qui marque après un appel beau comme de l’Antique.

Les Roumains en sont réduits à faire des fautes.
Benzema remplace Henry, se met dans les bons coups mais reste peu efficace. Première sélection, anecdotique, pour Benoît Cheyrou, pour densifier l’aile gauche.

Malgré quelques situations chaudes — Mutu seul qui tire dans les bras de Lloris — la domination française ne se relâche pas.

Fin du suspense à la 83 ème, beau but de Ribéry qui sur un service d’un Gameiro tout juste entré, s’engouffre dans le dos d’une défense trop avancée.

Ribéry est tout naturellement nommé homme du match, en un coup-franc et deux appels vertigineux, il a planté la Roumanie.

Satisfaction aussi pour Rami et Gallas, charnière solide et combattive.

Reveillère en dedans, Cabaye moins brillant que contre les Féroé… aura-t-il le niveau international ?

Le plus préoccupant, évidemment, c’est le problème d’avant-centre… Certes, le système n’est pas facile, laissant la pointe isolée, mais il y a un trou générationnel entre les sénateurs sur le déclin, et des petits jeunes comme Gignac ou Benzema qui n’ont pas encore d’ampleur internationale…

Ce qui ne nous a pas empêché de marquer six buts en deux matchs, il est vrai.  Allons, hardi, ce n’est que le début du chemin, et mercredi, c’est Serbie, ça va tanguer à Belgrade.

Ce qui s’est passé en vrai : France 1 – Roumanie 1 : Henry marque, et Escudé aussi, mais contre son camp.

Serbie 1 -France 2

Une discussion entre gentlemen

Gros match, match palpitant, qui s’est joué à rien. Avec de beaux morceaux de tension.

When Zigic plays…

Zigic imite Peter Crouch, espérant vainement déconcentrer Evra

Les deux premiers matchs ont dégagé une défense centrale solide : le but de Rami rachète la bévue au marquage de Mutu. Mais ils auront affaire à un sérieux client ce coup-ci : la terreur des surfaces, Nikola Zigic le géant, 20 en saut et 18 en tête va donner des sueurs à mes centraux… Il prendra 18 ballons de la tête. D’ailleurs la Serbie va beaucoup tirer… Mais ce ne sera pas suffisant.

La première mi-temps est fort disputée, les Serbes dominent, la France joue en contres.

L. Diarra sèche Kuzmanovic dans les trente mètres français, ressort un ballon impecable pour Benzema qui sans contrôle lance un superbe débordement de Malouda (qui joue excellemment en sélection depuis le début de saison, et presque pas à Chelsea…), et but de Diarra qui a suivi toute l’action : le milieu, dynamique et infatiguable n’a pas volé sa réputation.

Gallas désastre, Diarra de bonheur

Badaboum, à la 50 ème Gallas cisaille Zigic alors qu’il n’y avait pas le feu, carton rouge.

Ca se complique.

Je me demande si je ne vais pas faire descendre Toulalan en défense, mais finalement Cabaye, pas mauvais, sans beaucoup peser, cède sa place à un Mexès que je ne m’attendais pas à relancer. Son entrée, sans être mauvaise, n’est pas non plus bouleversante.

Par chance, la Serbie presse assez mollement, et la France est bien en place. Gameiro remplace un Ribéry moins tranchant, fatigué, pour apporter de la vitesse. Sur une attaque placée, second but de la France, à nouveau Malouda pour Diarra, et c’est au fond. Le break est fait à la 75 ème.

Lassana Diarra, le doudou de béton qui claque des pions❤

Il n’en fallait pas moins pour que les Serbes se réveillent, grosse occase à la 76 ème, vendangée par Ilic. Sur le coup franc qui suit, Ivanovic marque de loin, d’un tir dévié. Je me dis que Gameiro, qui était sur la trajectoire, est un peu léger défensivement, et je sors Benzema, quelconque.

A la 89 ème, Lloris sort une tête à bout portant de Milijas.

Le match est gagné, belle solidité dans l’adversité.

Lassana Diarra, homme du match a été brillant, courant, taclant, et bien sûr mettant deux pions. Avec Malouda, ils ont fait un gros match.

Le secteur défensif est dénudé, avec Gallas out pour au moins un match et Toulalan suspendu pour excès de jaune. Pas grave, le prochain match est contre les Féroé au SDF. Sans trop s’avancer, ça commence à sentir la qualification.

Ce qui s’est passé en vrai : Serbie 1 – France 1 : Lloris expulsé sévèrement dès la 11 ème pour une faute sur Zigic, Henry égalise à la 31 ème, la France arrache un nul héroïque.

La suite au prochain épisode !

Written by Martin Lefebvre

16 mai 2010 à 20:41

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :