Devant ton écran

En bleu, 1 : le projet (FM 2010 AAR)

with 2 comments

Voilà le plan : comme tous les amateurs de foot, je suis bête, j’ai du bide, et je ferais le meilleur sélectionneur du Monde si la vie était un jeu vidéo. Contrairement à beaucoup de supporteurs de l’Equipe de France, je n’ai rien contre Domenech, qui n’est peut-être pas un grand tacticien, mais qui garde ma sympathie malgré toutes ses errances ; parce qu’on le hait, sans doute.  Mais j’entends bien, et je partage les doutes de ceux qui voient les Bleus se faire rosser en Afrique du Sud. Qu’à cela ne tienne, je te remplacerai, Raymond. Oh, pas sur le vrai banc, mais sur ma chaise de bureau, je vais faire acte de supporteur en me nommant d’office sélectionneur de l’Equipe de France à Football Manager 2010. Et je vais tout faire pour te la ramener cette coupe du monde virtuelle, ce sera déjà ça de pris. Si du moins j’arrive au bout.

Je n’ai pas beaucoup l’habitude de Football Manager 2010, seulement une trentaine d’heures au compteur, je l’avais rapidement testé pour un magazine papier. Une trentaine d’heures et de parties pas beaucoup avancées, aux commandes de Lille et de Lyon. Pour tout dire, peut-être faute de temps disponible l’âge et les responsabilités aidant, je n’aime guère la direction que prend la série depuis pas mal de temps déjà : je regrette l’immédiateté des jeux basés sur la version 3 du moteur de Sports Interactive, les Championship Managers 99/00 et 00/01 notamment. Je suis la série de loin, achetant un épisode tous les deux ans environ. J’ai un peu rechuté sur FM 07 qui polissait un bon nombre des aspérités plombant les épisodes précédents, mais la volonté de réalisme à tout prix qui caractérise la série me paraît plus pesante qu’autre chose. En jouant à FM 2010, même si les vieux démons de la passion refont surface — ah, un ailier chilien du tonnerre, et pour une bouchée de pain, oh belle victoire au derby, si j’enchaîne une série je me rapproche de la tête… — je me retrouvais assez vite englué dans d’interminables saisons, assommé de conférences de presse, pressé de messages assommants… Rien qui me pique suffisamment pour finir une saison au purgatoire… ce qui ne m’empêche pas d’y revenir, comme l’alcoolique à sa bouteille

Tout cela pour dire que si je maîtrise les fondamentaux de la série, je n’ai pas d’expérience particulière concernant les spécificités de cet épisode. Et les connaisseurs savent bien que d’un moteur de jeu à l’autre, les stratégies changent souvent radicalement. Aussi, je risque sans doute de commettre des erreurs. D’ailleurs, je ne compte pas beaucoup modifier la tactique par défaut, et ne va pas croire que je veux me faire passer pour un génie du tableau noir. Dans les rares occasions où j’ai joué en réseau, je me suis révélé un bien piètre coach, face à la concurrence. Je me suis beaucoup énervé contre mes joueurs, dès l’époque où ils n’étaient qu’une fiche de personnage qui vivaient dans un monde de texte. J’ai beaucoup triché, ou plutôt aidé le sort. Comment, une piètre équipe bulgare oser stopper net la marche vers l’Europe de ma Roma ? Mon Pablo Aimar blessé pour 6 mois ? Dans tes rêves, jeu, pas dans les miens ! Ces petits arrangements avec la réalité virtuelle ont néanmoins un désavantage : au fil du temps, ils suppriment la tension, et de toutes façons, même si le système de moral tend à provoquer des cercles vicieux de défaite, pour peu qu’on persévère et qu’on fasse les bons choix, les résultats finissent par venir.

Je m’interdis de tricher. Au pire, si l’expérience tourne court, je recommencerai. Au pire si je triche, je te tiens au courant.

Pourquoi cet essai, au sens littéral du terme ? Il me semble que c’est justement à cause de toi, Raymond. Tu répondais à des journalistes, peut-être en annonçant ta liste des 30. Tu parlais du football qui fait rêver. C’est un peu con un sélectionneur de foot, faut dire, même les malins. Je n’aurais pas formulé ça comme ça. A la fois, je ne suis pas sélectionneur, ou alors seulement devant mon écran. Ma femme, qui n’aime pas le foot, mais tolère chez moi cette discrète passion s’exclame : « mais qui rêve de foot, sérieusement, ça me fait pas rêver moi, comment on peut rêver de ça… ? » Je souris en coin, et je ne relève pas, mais moi, moi je rêve de foot. Et je vais gagner la coupe du monde avec les Bleus. Ou du moins je vais essayer. Et je vais te raconter cela sous la forme d’un After Action Report, ou AAR pour les intimes.

L’écran tactique : on va éviter de trop se compliquer la vie

Voilà pour le but. Pour ce qui est de la manière, j’ai déjà quelques idées qui me trottent dans la tête. Et qui seront une sorte de critique Raymond, même si c’est facile de mon poste de spectateur-sélectionneur virtuel. Que personne n’aille croire que cet AAR prétende démontrer quoique ce soit. Il s’agit juste de raconter une histoire de football et de jeu vidéo. Pour autant, voilà, l’Equipe de France actuelle se base sur des choix que je ne partage pas pleinement. A mon tour de faire une proposition : lors de la première conférence de presse, juste après que la FFF m’ait fixé pour objectif la victoire finale, je l’affirme : pas de sénateurs, tous les postes sont soumis à la concurrence. En quelque sorte reproduire le geste inaugural de Jacquet quand il laisse Cantonna à la maison. Evidemment, en 2006, ce sont deux équipes de sénateurs sur le retour qui se sont affrontés en finale, écoeurant au passage les petits jeunes. Mais tant pis, je vise Henry, et je vise Anelka, et Vieira (qui dans ma partie n’est pas le moins du monde blessé)… Je ne promets pas de les prendre avec moi. Je ne ferme pas pour autant la porte, mais ils ne seront pas là pour services rendus (ce qui réglerait le cas d’Anelka, quand on y songe), ils devront gagner leur place.Et quoiqu’il en soit, ils ne seront pas ailiers, les postes seront confiés à des spécialistes : Ribéry, Malouda, Govou en priorité.

Au départ, ça ressemble à ça…

L’Equipe de France jouera en 4-5-1, c’est presque une certitude, parce qu’on ne  trouvera pas deux avant-centre complémentaires. Mais Gourcuff, c’est beaucoup moins certain. Seul meneur de jeu avancé de niveau international, il n’est pas non plus exempt de défauts, et ne mérite pas comme Zidane qu’on bâtisse un système pour lui, et puis il a tendance a vouloir faire le dribble de trop. Autant, pour le coup, essayer d’intégrer un milieu de terrain polyvalent mais plutôt technique pour faire le jeu. Mon choix se porte sur Yoann Cabaye, du LOSC, qui a le mérite d’avoir de bonnes statistiques  mentales (sa décompression au milieu de la vraie saison, on l’oublie), et une bonne frappe (en vrai il a marqué 15 buts en 46 matchs cette saison, très honorable pour un milieu). Mon tropisme lillois explique le choix d’Adil Rami pour accompagner Gallas en défense centrale. Oui, un sénateur. Mais il faut bien encadrer les nouveaux, et je demeure persuadé qu’à 32 ans le défenseur central n’est pas encore tout à fait cramé. Pour le reste, je fais comme toi Raymond : je mets du milieu défensif.

Quand le jeu commence, nous sommes en août 2009, et la France est seconde de son groupe, à huit points de la Serbie, mais avec deux matchs en moins, et une rencontre à Belgrade : la France a les cartes en main pour terminer première, il suffit de tout gagner.

On va essayer d’éviter la main d’Henry, et de se qualifier directement : je te raconte ça la prochaine fois.

Written by Martin Lefebvre

16 mai 2010 à 17:26

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Et en plus tu es Lillois ^^
    Bon, si un jour tu as soif, tout ça…

    Anthony

    16 mai 2010 at 21:46

  2. Je suis lillois, mais exilé dans une très grande ville française qui n’a pas de club de football.

    Par contre, un élevage de chèvres, il y a.

    Martin Lefebvre

    17 mai 2010 at 11:44


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :