Devant ton écran

Forces mineures (Freedom Force et Versus The Third Reich)

with 5 comments

screenshot3 freedom force 2

Il y a des bizarreries comme ça : les développeurs d’Irrational ont payé de leur poche les deux Freedom Force, et ils ont perdu de l’argent. Ils ont au contraire rencontré le succès avec leur « jeu d’auteur » AAA, le très tarte Bioshock. S’il me fallait choisir, cher lecteur, je prendrais évidemment les deux petits jeux de super héros. Pas qu’ils constituent, loin de là, un Himalaya ludique ; entièrement basé sur des combats en temps réel pausable façon Baldur’s Gate (ce n’est pas un hasard s’ils tournent sur le moteur de Neverwinter Nights), le gameplay, pour être efficace, manque singulièrement de profondeur et de variété. Mais Freedom Force, et sa suite FF Vs The Third Reich sont de parfaits exemples  de ces jeux qui  gagnent tes faveurs par leur simple charme.

kirby_book_cover_440

Hommage appuyé aux comics de l’âge d’argent, et plus particulièrement au style baroque de Jack Kirby, que pastiche à merveille l’artiste Robb Waters,  ils possèdent une rare cohérence graphique et évoquent avec bonheur et tendresse la naïveté engoncée, ridicule, mais souvent touchante des super-héros dans les sixties. Que ce soit à travers la satire d’un anti-communisme primaire, ou de manière plus référentielle avec les longs discours de l’ultra-nerd Mentor, l’écriture de Ken Levine se montre efficace et sans emphase, faisant preuve d’un humour beaucoup plus digeste que les lourds procédés de Bioshock. Le tout est délivré avec juste ce qu’il faut d’emphase et de maladresse par les développeurs eux-même, qui se sont sans doute amusés somme des petits fous lors du doublage. Du coup, tu enchaînes avec  plaisir les missions, malgré des niveaux fermés où les scripts et la répétition sont un peu trop visibles.

La variété est assurée par le renouvellement perpétuel de l’équipe de quatre personnages que tu es amené à commander. La galerie de héros est vaste, et comporte de véritables réussites comme le patriote Minuteman, caricature réussie de Captain America, l’excellent El Diablo, petite frappe latino à la moustache lustrée, transformé en  torche-vivante, ou encore dans Versus The Third Reich, les héros du golden age (les années 40) qui combattent les nazis comme le très british Black Jack ou le Yankee à réaction Sky King. Rien ne manque à l’appel, pas même les sidekicks de 12 ans comme Liberty Lad ou Sea Urchin (littéralement l’oursine marine). Il est aussi possible de créer ses personnages, et de nombreux modeurs ont exploité les possibilités du premier jeu pour inventer une foule de héros tous plus improbables les uns que les autres, mais à vrai dire tu te contenteras fort bien des personnages par défaut et de leur personnalité lunatique. Les pouvoirs ne sont sans doute pas des modèles d’équilibre, mais la difficulté par défaut est suffisamment basse pour qu’il s’agisse d’un bac à sable plus que d’un exercice d’optimisation des troupes. Du coup, si on te force parfois à adopter quelques héros pour une mission, afin d’éviter que tu ne t’enfermes dans une seule stratégie gagnante à tous les coups (ce qui arrive assez vite néanmoins si tu ne fais pas l’effort de varier tes méthodes), tu es la plupart du temps libre d’expérimenter des compositions d’équipe plus ou moins fantaisistes. En termes de jeu, tu pourrais sans doute ramener tout le personnel à quelques rôles comme le tank (Minuteman), le DPS à distance (El Diablo), ou au contact (Bullet), le crowd-controler (Alchemiss)… si ce jargon ne te dis rien, ne t’en fais pas pour autant, c’est juste que tu ne passes pas encore suffisamment de temps devant ton écran. En pratique, pour peu que tu gardes un minimum d’équilibre, tu peux jouer à la poupée comme bon te semble, et te fabriquer ta mini justice league, vieux fantasme de geek qui ferait combattre Spiderman aux côtés de Wolverine, Rorschach ou Spawn, dans un grand mezze multicolore et kitsch, ballet de capes et de collants.

teamphoto_sm

Les joyeux geeks d’Irrational

Jeux mineurs, donc, mais tant heureux que généreux. Même si tu n’es pas un absolu zélateur des super-héros, tu y trouveras ton compte pour peu que tu participes à l’ambiance joyeusement kitsch. A l’heure où les super-héros sont partout, d’Arkham Asylum à Champions Online, les deux Freedom Force gardent toute leur singularité et leur fraîcheur. Ca se trouve pour une bouchée de pain, et ça tourne sur presque presque tous les PC. Tu souhaiterais presque que ce soit adapté pour les services de téléchargement des consoles, histoire qu’un plus grand nombre en profite.

FF box

Fidèle au genre jusque dans l’emballage

Written by Martin Lefebvre

31 octobre 2009 à 12:15

Publié dans Critique

Tagged with , , ,

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Très intéressant!

    J’avais écrit un article pour mon blog sur ce jeu mais le style est tellement inférieur au tien qu’il vaut mieux que je n’indique pas le lien.

    Néanmoins, contrairement à toi, je n’ai pas eu le même ressenti vis à vis de certains points. Je précise dès le départ, je n’ai joué qu’à vs The Third Reich.

    « L’écriture de Ken Levine se montre efficace et sans emphase »
    Pour moi, FF a du mal à rendre hommage aux comics américains des 60’s et 40’s autrement que par les personnages. C’est un peu trop manichéen, les dialogues sont lourds et beaucoup trop de personnages sont peu exploités (leurs motivations, leurs caractères). C’est un assemblage de personnages bariolés un peu mal construit, qui pioche un peu trop à gauche à droite sans trop structuré (mais peut-être parceque je n’ai pas joué au premier). Devant le jeu, j’avais plus l’impression d’un titre qui oscillait entre hommage et parodie. Mais c’est peut-être parceque je suis plus fan de l’école Marvel des 60’s avec ses personnages que l’école DC et son action.
    Ceci dit, ce que fait FF de ses influences comics n’est pas le plus important. A mon sens, l’histoire n’est pas intéressante parceque les personnages qui la font vivre ne le sont pas.

    « La difficulté par défaut est suffisamment basse »
    Tu es meilleur que moi😉
    J’ai souvent pesté contre la difficulté, qui à mon avis, était mal réglée. Heureusement, on peut la changer à la volée dans les options et ça c’est bien.
    Ce que je reproche à la difficulté va de pair avec la maniabilité. Celle-ci était pour moi extrèmement trop brouillonne. Combien de fois j’ai perdu des personnages à gauche ou à droite? Combien de fois j’ai pesté contre l’IA des personnages, qui ne fait rien quand les autres s’étripent à deux pas devant lui ou qui ne prend pas les bonnes décisions. Du coup, la difficulté du jeu augmentait artificiellement. Résultat pour moi barre espace à répétition pour essayer de gérer tout ça au mieux.

    Bref, j’ai été assez déçu. Je m’attendais à quelquechose de plus tactique et de mieux réglé, et j’ai eu quelquechose un peu trop bordélique.

    Simply Smackkk

    15 janvier 2010 at 21:57

  2. Salut Smackkk, laisse moi te dire que tu as tort, j’ai lu ton papier il y a quelque temps et je l’ai trouvé très bien !

    http://www.gamekult.com/blog/simplysmackkk/158704/Freedom+Force+vs+The+Third+Reich.html

    D’ailleurs j’aime bien ton blog, hop, c’est dit !

    Concernant nos différences de point de vue, elles proviennent peut-être du fait que je n’attendais strictement rien de ces jeux, que j’ai acheté au hasard d’une solde et qui m’ont fait passer un bon moment. J’ai beaucoup aimé le côté volontairement débile des personnages. Faut dire, à la base j’ai du mal à prendre les super héros au sérieux, même si je respecte le genre, donc le côté crétinos des dialogues me fait bien marrer. Je pense que les développeurs sont sincères cela dit, ils parodient le côté bordélique des intrigues…

    Pour la difficulté, j’ai beaucoup micromanagé en pausant souvent, comme pour Dragon Age d’ailleurs, les persos, et avec un peu de crowd control, en abusant peut-être de persos fortiches, j’ai pas trop galéré.

    Bon soyons clair, ça reste du jeu mineur (d’où le titre de l’article), mais j’ai été plaisamment surpris… Pas par le gameplay qui casse pas des briques, mais par l’ambiance déconnante et bon enfant… Pour moins de 5 euros, c’est à tenter en tout cas.😀

    Martin Lefebvre

    16 janvier 2010 at 14:33

  3. Hooo, merci pour la pub et les compliments, ça fait plaisir.🙂

    Effectivement, on a pas le même passif vis à vis des comics. Je m’attendais à quelquechose de plus sérieux, alors que FF prend quand même quelques distances pour s’en moquer un peu en ne gardant que le côté kitsch. D’ailleurs, en y repensant, ça se rapproche beaucoup de la série Batman des 60’s, son kitsch, ses personnages bariolés et ses onamatopées.

    « j’ai beaucoup micromanagé en pausant souvent »
    Exactement comme moi. Mais j’ai trouvé que ça cassait le rythme, et trop fréquemment vu le rythme à laquelle était soumise ma barre d’espace pour limiter le côté bordélique du jeu.

    « Pour moins de 5 euros, c’est à tenter en tout cas. :D »
    Effectivement, j’ai d’ailleurs eu FFvTR pour 3€ et quelques. Le jeu ne m’a pas trop plu mais il peut plaire à d’autres comme toi.

    Sinon j’ai mis un lien vers ton avis sur mon article, j’espère que ça ne te dérange pas.

    Et puisqu’il s’agit de mes premiers commentaires sur ton blog alors que je le lis régulièrement (mais c’est dur de se lancer ^^), j’en profite pour te dire qu’il est très très bien. Le fait de t’adresser directement au lecteur est une bonne idée bien exploitée, il faudrait que je te la pique pour un article un jour pour essayer ^^.

    Simply Smackkk

    17 janvier 2010 at 13:16

  4. Merci des compliments…. Les tutoiement est un « truc » que j’ai trouvé pour essayer de rendre les billets plus percutants, m’étant rendu compte que c’est pas toujours facile d’accrocher le lecteur sur internet (et je ne suis pas le dernier à lâcher un article, même bon, en cours de route).

    Je m’excuse de l’absence de mises à jour depuis quelques temps… J’avais trouvé un bon rythme, et la combinaison de la rentrée et des piges pour Chronic’art m’a fait un peu abandonner ce petit coin d’internet, alors que j’aime bien y écrire. Là je peut-être avoir un peu de temps, le pire c’est que j’ai fait quelques jeux dont je voulais causer (Infamous, Flower…), mais j’ai pas eu un moment pour me poser et les écrire ces papiers… Enfin bref.😀

    Martin Lefebvre

    20 janvier 2010 at 14:13

  5. Inutile de t’excuser de l’absence de mises à jours. D’ailleurs, elles semblent avoir repris de plus belle, tant mieux.
    Je ne t’apprends rien, mieux vaut privilégier la qualité que la quantité, et dans ce domaine, tu t’en sors super bien.

    Simply Smackkk

    28 janvier 2010 at 21:58


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :