Devant ton écran

The Gutter

with 4 comments

gutterscreen

Tu ne connais peut-être pas The Graveyard, le "jeu expérimental" de Tale of Tales (voir aussi The Path) qui a fait quelque bruit, notamment grâce à une jolie exposition sur Steam ; cinq minutes passées sur la démo gratuite te suffiront à te faire un avis. Il s’agit de diriger une vieille femme qui marche lentement dans l’allée d’un cimetière. Rien de plus, et donc choc esthétique, gamizart et tout le tralala. En payant quelques dollars, tu débloques la possibilité que la femme meure. Enfin c’est ce qu’ils annoncent, je n’ai pas payé pour voir. Si le principe de jouer pour une fois autre chose qu’un space marine bodybuildé t’intéresse, que tu trouves l’idée, et même la réalisation graphique stimulantes, tu ne pourras pas t’empêcher (enfin je dis ça, sans te commander) de trouver le projet un peu creux.

Comme le formule la développeuse indépendante Anna Anthropy, le problème c’est que The Graveyard n’a rien d’un jeu dans la mesure où il ne laisse aucune place au joueur, puisque presque aucune de ses actions ne donne lieu à un retour, et qu’il est par exemple impossible d’explorer les allées parallèles du cimetière. Quand tu vois que même un jeu classiquement linéaire comme le Sam & Max de Telltale Games (ne pas prêter attention à la quasi homonymie) s’efforce de multiplier les réponses aux manipulations du joueur, tu peux certes accorder à The Graveyard une volonté minimaliste, mais tu te demandes s’il n’y a pas un peu de fainéantise derrière cette posture. A tout prendre, dans le genre minimaliste, tu aurais raison de préférer le bien plus stimulant Passage de Jason Rohrer, qui n’a pas besoin de mimer la production art et essai bien léchée pour faire sens.

Graveyard1

The Graveyard

screen passage

Passage

Bref, The Graveyard ne fait pas l’unanimité. Or les développeurs indépendants, en plus d’être productifs et inventifs, sont relativement facétieux. Ainsi, Robin Rodrigo Ramirez Rodriquez et Jan Willem Nijman ont eu l’idée de parodier Tale of Tales, et de ce résultat est né l’hilarant The Gutter, téléchargeable ici, dans lequel il s’agit de contrôler un homme au destin cruel (un clochard parti vomir dans le caniveau éponyme). Production en noir et blanc, effet de caméra recherché, message profond et musique mélodique, tous les signes du gamizart y sont, pour la gaudriole évidemment. Un jeu profond, comme l’indique son "design document" ci-dessous.

design doc

About these ads

Written by Martin Lefebvre

2 septembre 2009 à 10:16

Publié dans Brève

Tag(s) associé(s) : , , , ,

4 Réponses

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Tu me devanceras toujours.

    J’ai "joué" dans la même journée à The Graveyard et Passage, parce que l’un m’a fait penser à l’autre (la vie, la mort etc.)

    Alors voir ton article avec ces deux jeux réunis, forcément, ça me fait réagir.

    Je testerai The Gutter…

    Numerimaniac

    4 septembre 2009 at 19:57

  2. The Gutter ça prend deux minutes hein. ;)

    Tu as pensé quoi de The Graveyard ? Tu l’as acheté ?

    A la rigueur The Path a l’air plus intéressant vu de loin, mais la démo est très décevante, du coup elle ne donne absolument pas envie de découvrir.

    Martin Lefebvre

    5 septembre 2009 at 12:42

    • Bon, j’ai testé The Gutter entre temps. C’est assez amusant! J’aime l’effet de la caméra.

      Je n’ai pas acheté The Graveyard. Mais je suis d’accord avec toi, on ne peut rien faire d’autre que d’aller tout droit. Évidemment, j’ai bien essayé d’aller su les côtés, mais en vain. Le point positif, c’est qu’on sait quoi faire : aller sur le banc au loin. La grand-mère n’est pas non plus un modèle de souplesse et de prise en main, au contraire des jeux de plus en plus smooth (Assassin’s Creed & co). Et je crois bien que cette lenteur et cette difficulté à se déplacer est volontaire…

      Passage, je le trouve plus intéressant. Parcourir une frise pixélisée qui raconte de manière stylisé la vie d’un homme (ou d’un couple) face aux difficultés et aux épreuves de la vie, les choix à faire, les chemins à prendre etc.

      Numerimaniac

      8 septembre 2009 at 23:50

  3. [...] une hilarante parodie du « jeu » de Tale of Tales The Graveyard. Tu peux lire ici ce que j’avais écrit à son propos il y a quelques mois, et pour être tout à fait franc [...]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: