Devant ton écran

Posts Tagged ‘PC

Maître-artisan (Avadon, The Black Fortress)

with 4 comments

Depuis plus de quinze ans, Jeff Vogel creuse son sillon, et bon an mal an programme, écrit et publie un ou deux RPG. Loin des budgets faramineux de Bioware ou de Bethesda, Vogel construit une œuvre artisanale, fidèle aux canons définis dans les années 90. Ses séries, Exile, Avernum, Geneforge, lui ont acquis un public fidèle, prêt à payer le prix (25$ l’épisode) malgré une production minimaliste, ce qui lui a permis de maintenir à flot Spiderweb, sa petite entreprise familiale. Avadon – The Black Fortress, premier volet d’une nouvelle saga, est une porte d’entrée idéale dans l’univers de Vogel, d’autant que celui-ci n’a jamais été aussi accessible. En améliorant notablement l’interface et les graphismes, en rendant son jeu disponible sur iPad à un prix plus doux, Vogel semble prêt à s’ouvrir à un plus large public, et à donner à son travail plus de visibilité. Ce qui ne serait pas volé, tant Avadon, non content de flatter notre nostalgie, est aussi un RPG diablement accompli.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

2 juillet 2011 at 17:42

Publié dans Critique

Tagged with , , , , , , , ,

Drug culture (Rift, 1)

with 4 comments

En 2004-2005, World of Warcraft crée la sensation et lance le summer of love du MMORPG : des millions de jeunes gens convergent vers des serveurs vite débordés, tels des hippies sur Haight-Ashbury. Les nouveaux convertis découvrent les communautés virtuelles, des groupes se forment spontanément, il règne durant quelques mois une solidarité qui pousse aux dons et à l’entraide.  En 2007, the Burning Crusade popularise les drogues dures : le raid, le farming de réputation deviennent accessibles au plus grand nombre ; les joueurs goûtent les joies du psychédélisme des nombres et de la défonce du loot dans des décors violets, plantés de champignons géants et de failles cosmo-temporelles. En 2011, avec Rift, la culture populaire MMO en est au moins à sa période glam.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

6 avril 2011 at 10:01

Fantasia chez les ploucs (The Precursors)

with 5 comments

Cadet de l’espace, on pense prestige,  voyages interplanétaires,  plan retraite sur une Lune paradisiaque… A peine entré à l’académie, je me voyais Shepard ou Master Chief, j’étais un jeddaaye. Mais il faut bien le dire, une fois le tutoriel aussi violet que virtuel passé, on a beau sortir en tête de sa promo, on en bave. Je débarque sur Goldin, tu parles du rêve : astroport de troisième classe, un désert venteux, des locaux qui parlent moitié russe moitié anglais, la Tatooine du pauvre. Et je te raconte pas les supérieurs. « Ah ah j’ai bien connu ton père que me fait le commandant, maintenant va me chercher un paquet d’épices sur la lune d’à côté, et ne traîne pas en route les chiens sauvages ont du mordant là-bas ».

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

2 avril 2011 at 22:05

Barbavania (Tiny Barbarian)

leave a comment »

Se lassera-t-on un jour de la fascination qu’exercent les années 80 sur les développeurs indépendants ? C’est probable. Mais pour les joueurs de ma génération, élevés au 8 bits, la nostalgie des primitifs n’est pas encore passée. Tiny Barbarian est une libre adaptation d’une nouvelle du Texan Robert E. Howard, The Frost-Giant Daughter, dans laquelle le toujours fin Conan poursuit une strip-teaseuse des neiges. Le tout se finit évidemment en bagarre, puisque la jeune femme qui n’a pas froid aux yeux mène Conan chez ses frères, vachement zaraf’ par la situation. Comme de bien entendu, l’histoire n’est qu’un prétexte, et la véritable inspiration de ce Tiny Barbarian est plus à chercher du côté des premiers Castlevania. Notre musculeux héros se contente en effet des flèches directionnelles et de deux boutons pour traverser des niveaux bourrés d’embûches et de monstres, dans la plus grande tradition de l’action-platformer. On est loin de la virtuosité formaliste de VVVVVV, mais le jeu de Michael Stearns, réalisé sous Game Maker, vaut le téléchargement tant il compense ses limites  par son charme. Pour tout dire, le joueur pressé n’est pas mécontent de la vogue de ces micro-jeux, qui à l’instar de L’Abbaye des morts, connaissent la vertu de la brièveté.

Via RPS

Written by Martin Lefebvre

31 janvier 2011 at 18:53

Rise Above (Risen)

with 3 comments

Dans le paysage vidéoludique contemporain, où tout n’est que poli, fluidité, et vertige du tour de manège, Risen tient du monolithe archaïque, l’action-RPG allemand étonne dès l’abord par sa densité rugueuse. Le scénario-cliché, avant tout prétexte à l’exploration, résume les enjeux : sur une petite île, soudain jaillissent des ruines mystérieuses ; elles recrachent une armée de monstres, et dissimulent des trésors infinis.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

3 août 2010 at 15:57

Publié dans Critique

Tagged with , , , , ,

Jeu de masse (ME 2)

with 13 comments

Tu le saurais peut-être si tu suivais un peu, j’ai le béguin pour les dernières productions Bioware. Si Kotor m’a laissé froid, j’ai adoré Mass Effect et Dragon Age : Origins. Du coup, j’avais peur de devenir fondu de Mass Effect 2, au point d’en être plus insupportable encore que d’habitude. Et après tout, pourquoi pas ? Quand le producteur Adrian Cho s’adresse à la presse, il explique que l’équipe a pris en compte tous les reproches qu’ont pu formuler les journalistes à propos du premier volet. Il s’agissait de faire de Mass Effect 2 une oeuvre critic-proof. Tu peux penser ce que tu veux du jeu en lui-même, mais tu dois bien avouer que la stratégie a fonctionné : avec un impressionnant 96 sur Metacritic pour la version 360, les développeurs tiennent leur succès critique.  Et par le biais d’une campagne de communication menée tambour battant, le jeu semble rencontrer un vaste public. De même, tu devras reconnaître que les producteurs sont parvenus à faire cracher à leurs équipes tout ce qu’elles avaient dans le ventre, sans doute à coups de trique.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

13 février 2010 at 21:40

La Carte du consommable (King’s Bounty : The Legend)

with 7 comments

1953_kings_bounty_017

Depuis maintenant près de deux semaines, je vis sous un double régime. Ayant récemment arrêté de fumer afin  de préserver le peu de souffle qui me reste, je me suis mis à gonfler irrésistiblement : il s’agissait impérativement de mettre un terme à cette inflation de ma masse corporelle, ce qui nécessite un vigoureux changement alimentaire. Adieu vin, pâtés, baguettes, bonjour salade verte, concombres, tofu. Si tu n’as pas encore trente ans, tu verras, ce genre d’infortunes t’arrivera plus vite que prévu. Si tu es passé par là, tu te moqueras sans doute de moi. Autrement plus impérieux est le régime exercé sur moi par Katauri Interactive, dealers de King’s Bounty, The Legend, RPG totalement dévastateur de temps libre. Si je les suspecte de vouloir me ravir toute volonté (et avec les Russes, on ne sait jamais, n’est-ce pas, c’est peut-être une machination du KGB pour pervertir l’Occident), il faut bien avouer que la nature positivement captivante de leur produit m’aide à supporter les affres du petit creux : à dire vrai, c’est un peu comme si les mécanismes ludiques d’accumulation étaient venus se brancher en lieu et place d’un appétit fort malmené par la cure d’amaigrissement.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

3 septembre 2009 at 13:17

Publié dans Critique

Tagged with , , , , , ,

Glaçant (Penumbra)

leave a comment »

penumbra-overture_episode-one_05081612

« N’est pas mort ce qui à jamais dort », comme dirait l’autre. Pour un genre assoupi depuis des années, le jeu d’aventure n’en produit pas moins de belles fulgurances, et ses descendants, comme le survival horror, exercent aujourd’hui encore sur toi leur fascination. Les indépendants suédois de Frictional Games creusent avec les Penumbra une galerie parallèle pour le jeu d’aventure, en s’éloignant hardiment du point & click à papa. Placée sous les mânes horrifiques d’HP Lovecraft, Overture et Black Plague greffent aux vieilles recettes de la devinette d’inventaire des énigmes exploitant le moteur physique. Au point de rencontre entre Half Life 2, Resident Evil et System Shock, Penumbra a toutes les chances de te glacer les sangs. Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

12 juillet 2009 at 14:15

Publié dans Critique

Tagged with , , , ,

Je crois que je vais devenir luddite

with 3 comments

luddite

Non, n’approche pas… Si j’étais toi je me méfierais en tout cas. Oh, je pense pas que je risque de te refiler la grippe porcine par internet, enfin c’est peu probable. Mais à me lire, qui sait, tu peux choper ma scoumoune. J’chuis pas épargné ces derniers temps, le véritable Atride du quotidien. Le gars qui en trois jours casse deux fois ses lunettes, et se retrouve avec un gamin de 21 mois plâtré du pied à la hanche. Tu vas me dire que ça n’a rien à voir avec les jeux vidéo, et tu auras évidemment raison, je suis pas contrariant. Mais tu vois, je n’en suis qu’au chapô, et qui sait ce que réserve la suite.

Lire la suite »

Written by Martin Lefebvre

4 mai 2009 at 18:35

Publié dans Divagations

Tagged with , , , ,

1993

leave a comment »

doom

Les lecteurs de Planetjeux connaissent peut-être mon amour pour Doom. John Romero vient de mettre en ligne une vidéo longtemps perdue, filmée juste avant la sortie du jeu, dans les locaux d’ID Software. Hormis les coiffures d’époque (que de cheveux), on y voit le créateur jouer à une version beta du jeu, avant que l’audio ne soit finalisé. Même si le document mériterait un petit coup de montage (il dure 30 minutes), il permet de voir de l’intérieur une tranche de l’histoire vidéoludique. Autant dire que l’ambiance de travail a l’air bien loin des gigantesques machines contemporaines, dans lesquelles on tolérerait difficilement qu’une bande de chevelus jouent à Aladdin sur Megadrive alors qu’il y a un produit à lancer.

Written by Martin Lefebvre

7 avril 2009 at 16:26

Publié dans Brève

Tagged with , , , ,

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.